Face au temps imparti à la fabrication, un artisan ne se trouve pas à armes égales pour répondre à une extension de l’ouverture des magasins. Il ne s’agit pas seulement d’aménager des espaces d’ouverture au client pour la vente mais de pouvoir concilier la vente avec la fabrication du produit, ce qui est le propre de l’artisan. La capacité à consommer risque d’être en grande partie captive de facilités d’horaires au détriment de ce qu’offre l’artisanat en matière de qualité, de savoir-faire, de sécurité, d’animation des centres villes et des campagnes…

Au moment où la majorité des Français espèrent une société plus humaine et prônent un modèle d’entreprise respectant l’homme, il serait paradoxal de favoriser une fois encore un modèle dont on connaît bien les effets pervers sur l’emploi et sur la qualité de la société, en détournant une grande partie du pouvoir d’achat sans aucune augmentation de celui-ci.